« Cosméceutiques » : Juvederm veut lancer une campagne de séduction

Il y  en a qui se demandent sans doute c’est quoi ce mot « cosméceutique » ? Ils n’auront pas tort tout à fait. Il s’agit là d’un néologisme pour désigner un ensemble de produits de beauté, cosmétiques qui sont du domaine de la médecine esthétique.

Ce sont donc de tels produits que Juvederm, une marque jusque-là spécialisée dans l’injection de l’acide hyaluronique veut se lancer dès ce mois de mars.

bénéficier d’un remodelage d’une zone du corps

Les produits cosméceutiques représentent une valeur de 10% de part dans le domaine du marché des produits de beauté. Un marché, qui selon les sources, connaîtra une certaine croissance grâce à la satisfaction qu’en éprouve ses utilisateurs. Ce sont des produits qui permettent de bénéficier d’un remodelage d’une zone du corps et ceci sans recours à la chirurgie. D’où, la forte demande sur le marché.

Juvederm face à la concurrence

Ce marché dans lequel des grandes marques comme l’Oréal, J&J ou encore Valeant. Dans ce marché, pour représenter la France, Filorga jusque-là tenait tête, et c’est au tour de Juvederm de se lancer à la conquête du public des cosméceutiques.

Sans être novice dans le domaine car, Juvederm a toujours été spécialisée dans les produits de comblement de rides, gel de comblement du visage, et surtout les injections d’acide hyaluronique. C’est d’ailleurs Dima Corps qui se chargeait de la distribution de ses seringues qui a acheté à Juvederm sa licence afin de séduire davantage de personnes.

L’exigence qualité de Juvederm

Toutefois, la petite précision que tente de faire le fondateur de la société de rachat des droits de Juvederm, à savoir Dimitri Sillam à la tête de Dima Corps, c’est que les produits cosméceutiques qui seront mis sur le marché, ne seront vendus seulement qu’auprès des médecins. Parce que selon lui, «Les consommatrices font confiance à la blouse blanche». Mais il y a une exception à cette règle de confiance que Dima Corps veut fonder entre lui et ses clients à travers ses produits. C’est qu’en France, en plus des médecins, les pharmacies pourront commercialiser les produits cosméceutiques de Juvederm.

Dima Corps en quête de plus de beau

En rappel, il faut dire que Dima Corps a été fondée en 2009. Elle était jusque-là une société avec pour principale spécialité, la distribution dans l’esthétique. Après avoir pris le contrôle de Dermavita spécialisée dans la fabrication des produits esthétiques en janvier dernier, elle s’acquitte à présent la licence de Juvaderm pour réaliser une entreprise colossale de produits cosméceutiques pour laquelle la structure n’a pas d’argent.