Harmoniser le profil du visage : profiloplastie

L’équilibre et l’harmonie fondamentaux du visage sont principalement conférés par la région des pommettes, du nez et du labio-menton. La taille, l’emplacement et les relations spatiales de ces structures forment les courbes et les contours qui déterminent la beauté et l’agrément d’un visage humain.

Le profil de la pommette est responsable de la forme latérale du tiers médian du visage : les protubérances malaires sont importantes pour le concept de beauté : en effet, une région malaire plate donne au visage une apparence inintéressante et contribue à faire vieillir le visage.

Relations esthétiques du visage

harmoniser profil

Les canons néoclassiques divisent le visage en proportions verticales et horizontales : ces règles ont été formulées par des érudits et des artistes de la Renaissance (Durer, 1557; Leonardo da Vinci, 1452). Bien que conçues à l’origine pour la pratique de l’art et du dessin, ces règles de proportions faciales ont trouvé leur place dans la pratique de la chirurgie plastique et esthétique. Une connaissance précise et détaillée de ces proportions et de leur compréhension générale permet au chirurgien plasticien de reconnaître les disproportions et les disharmonies, afin de réaliser un résultat naturel et harmonieux, dans la conception d’un profil plastique. Parmi les proportions verticales, la plus importante est celle établie comme canon II, selon laquelle le profil facial est divisé en trois tiers anatomiques égaux :

Propfiloplastie

La profiloplastie est un ensemble d’opérations chirurgicales combinées, qui corrigent le profil, intervenant sur le nez (rhinoplastie), sur les pommettes (malaroplastie), sur le menton (mentoplastie) et souvent aussi sur les lèvres en utilisant des charges biocompatibles pour augmenter leur volume.

Malaroplastie

La masse squelettique du visage détermine la beauté du visage. En fait, des pommettes plates rendent le visage maigre, tandis que les pommettes volumineuses rendent le visage plus jeune et plus agréable. Parmi les structures du visage, l’une des plus importantes, avec le nez et le menton, est la région des pommettes ou malaire.
L’augmentation zygomatique est une technique relativement récente : elle a été signalée pour la première fois par Spadafora en 1971 et par Hinderer en 1975. De nombreuses méthodes ont été décrites pour la pose d’implants alloplastiques, ainsi que de nombreux matériaux biocompatibles pouvant être utilisés (charge).
Un implant idéal doit être facile à positionner, non palpable, malléable et confortable pour le patient, biocompatible et modifiable par le chirurgien.

Les innombrables choix pour augmenter la pommette sont essentiellement basés sur la « préférence » du chirurgien et de son patient : ne pas sous-estimer, outre les fillers, également les prothèses de pommettes en silicone, qui donnent des résultats performants ou la graisse autologue, réalisant une lipostructure selon Coleman.
L’opération est réalisée sous anesthésie générale (surtout si elle est associée à une rhinoplastie et une mentoplastie): les cicatrices externes ne sont pas visibles, car l’incision est pratiquée dans le fornix gingival, donc à l’intérieur de la cavité buccale.

Mentoplastie

mentoplastie

Le menton joue un rôle fondamental dans l’harmonie faciale; les caractéristiques jugées agréables varient selon la culture, la race ethnique et même la période historique.
Le menton en plastique peut modifier la projection du menton dans les trois plans de l’espace: c’est une méthode pour changer la forme, le contour ou la position de la symphyse mandibulaire.
Un problème encore débattu par beaucoup aujourd’hui est le choix entre l’augmentation plastique du menton par l’utilisation de prothèses, ou la génioplastie réalisée avec ostéotomie.

Résultat profiloplastie

La profiloplastie a un résultat esthétique élevé à tous égards. Il ne donne pas lieu à des résultats de cicatrices visibles, et avec une planification minutieuse de l’intervention, ses proportions idéales sont restituées au visage.