Intralipothérapie : la solution non chirurgicale à l’adiposité

A partir d’aujourd’hui, il existe une autre méthode, moins invasive que la chirurgie, pour éliminer la cellulite : l’intralipothérapie. Découvrez ce que c’est.

Pour le traitement des adiposités localisées, solutions véritablement infinies : il existe des crèmes, de l’activité physique, une nutrition adéquate et des traitements à effectuer, tels que des massages de drainage lymphatique.

Jusqu’aux solutions chirurgicales les plus « extrêmes » telles que la liposculpture et bien d’autres.

Cependant, il existe un traitement que toutes les femmes ne savent pas, même s’il est extrêmement efficace, c’est l’intralipothérapie, qui n’entraîne aucune action chirurgicale, et qui est en train de devenir l’un des traitements cosmétiques les plus demandés.

Quelle est la fonctionnalité de l’intralipothérapie ?

L’objectif de l’intralipothérapie est précisément d’éliminer (ou du moins d’atténuer) les paliers disgracieux de l’excès de graisse.

C’est une technique innovante et une alternative à la chirurgie, qui utilise des infiltrations sous-cutanées pour dissoudre le tissu adipeux, un peu comme cela se produit avec la liposuccion non chirurgicale.

Quand recourir à une intralipothérapie et comment se déroule le traitement ?

avantages intralipothérapie

Parmi les solutions non chirurgicales, l’intralipothérapie est l’une des plus efficaces pour lutter contre la cellulite et l’excès de graisse. Il est recommandé aux personnes qui ne souhaitent pas ou ne peuvent pas subir une opération de liposuccion.

Ses principaux domaines d’application ? Les soi-disant « poignées d’amour », la graisse en forme d’anneau autour de l’abdomen, la « culotte de cheval« , les adiposités de l’intérieur de la cuisse, des genoux et du dessous. De toute évidence, ce n’est certainement pas la solution idéale contre le surpoids et l’obésité.

Comment se déroule l’intervention ? Avec un crayon dermographique, le médecin limite les zones à traiter sur le corps du patient. Allongé sur un lit et sans nécessité d’anesthésie, il est soumis à des infiltrations faites avec des aiguilles spéciales, à travers quelques points d’accès. La solution injectée est du type liquide micro-gélatineux et se compose d’une série de principes actifs dérivés du désoxycholate de sodium, capables de dissoudre le tissu adipeux.

Chaque séance d’intralipothérapie dure entre 20 et 30 minutes, en fonction de l’étendue de la zone à traiter, et c’est le médecin qui suggère le nombre total de séances nécessaires pour obtenir un résultat optimal. En moyenne 4 ou 5 fois par semaine ou par mois, les premiers résultats sont visibles quelques jours après les premiers traitements (même si la zone peut paraître enflée et irritée).

Intralipothérapie : que faire après ?

Les risques d’intralipothérapie sont quasi inexistants, si l’on s’appuie sur un médecin expérimenté : les effets indésirables sont en fait dus à une utilisation incorrecte des aiguilles ou à un mauvais diagnostic. Dans ces cas, il est possible que le patient ressente une sensation de brûlure, des démangeaisons ou un œdème persistant au-delà de deux jours et qu’il ne voie aucun résultat esthétique.

La zone traitée par intralipothérapie peut nécessiter l’utilisation d’une gaze compressive pour réduire l’enflure. Il est conseillé de marcher et de boire longtemps après la séance pour favoriser l’élimination des graisses par le système lymphatique. De plus, selon le cas, le médecin peut conseiller que des cycles de drainage lymphatique ou une thérapie sous vide soient effectués pour favoriser le processus de guérison.

Intralipothérapie : la solution non chirurgicale à l’adiposité
4.8 (96%) 5 votes