Obésité : toutes les interventions pour maigrir, besoins et complications

À la lumière de l’actualité récente, nous découvrons quelles opérations de chirurgie bariatrique conduisent à une perte de poids, qui peut subir quoi et quels sont les risques possibles.

Quand il s’agit d’obésité ?

L’indice de masse corporelle (IMC) permet d’évaluer une condition de poids altéré, grâce à une formule mathématique. Il indique si une personne présente une insuffisance pondérale, un poids normal, un surpoids ou si elle souffre d’obésité.

Il suffit de diviser le poids (mesuré en kilogrammes) par la hauteur au carré (mesurée en mètres), soit kg / m². Nous parlons d’obésité au premier degré lorsque la valeur est comprise entre 30 et 34,9, au second degré lorsque l’IMC est compris entre 35 et 39,9, au troisième degré lorsqu’il dépasse 40. Il y a donc les super obèses, qui ont une valeur supérieure à 50.

Quand opter pour la chirurgie bariatrique ?

obésité chirurgie

Même si les reportages et les actualités circulant sur le Net la « valorisent » comme s’il s’agissait d’un choix à la mode, la chirurgie bariatrique n’est jamais la première option thérapeutique et ne doit être pratiquée qu’après un processus d’évaluation précis.

Ceux qui peuvent potentiellement accéder à l’intervention sont les personnes ayant un indice de masse corporelle égal ou supérieur à 35 en présence d’autres maladies, telles que l’hypertension et le diabète, ou supérieur à 40, avec des régimes différents, ou des tentatives de régime inefficaces.

L’idéal serait de se tourner vers des Centres et des structures qui exercent une approche multidisciplinaire, afin qu’une équipe de spécialistes puisse décider si une personne est apte ou non à la chirurgie de l’obésité. Dans ce processus, l’individu est évalué par une équipe représentée par des diététiciens, des internistes, des chirurgiens bariatriques et des psychologues qui confirment ou refusent leur consentement.

Interventions restrictives

  • Anneau gastrique : Il s’agit d’une intervention mécanique restrictive qui se produit par voie laparoscopique et permet une réduction forcée de l’introduction d’aliments. Un anneau en silicone gonflable et réglable est placé autour de la paroi supérieure de l’estomac, créant un petit néo-estomac. De cette manière, l’individu est amené à percevoir d’abord le sentiment de satiété et à manger moins.
  • Gastrectomie à manches ou sleeve : C’est une opération de réduction de l’estomac, qui a lieu avec la résection verticale d’environ 4/5 le long de la grande courbure. Avec la formation d’un tubule gastrique, la prise alimentaire la plus faible est déterminée. Cette opération provoque une diminution de la sécrétion des hormones responsables de la faim et augmente la production d’autres hormones capables d’augmenter la sensation de satiété.

Chirurgie restrictive et fonctionnelle

surpoids

Pontage gastrique ou bypass : L’estomac est divisé en deux : la soi-disant poche gastrique est reliée à une section de l’intestin grêle par une couture. La nourriture, par conséquent, saute presque complètement l’estomac (d’où le nom de contournement). L’estomac résiduel fonctionne normalement, produisant des sucs gastriques et des hormones. La perte de poids est assurée par l’apport calorique réduit, car le passage rapide des aliments de l’estomac à l’intestin réduit l’appétit.

Interventions à action mal-absorptive

Détournement biliopancréatique : La chirurgie bariatrique est réalisée en retirant environ les deux tiers de l’estomac, y compris le pylore et la vésicule biliaire (pour éviter les calculs). L’estomac est réduit à environ 400 ml (il y a une résection des 2/3 distaux de celui-ci).

Comment choisir l’intervention ?

L’équipe Medespoir qui prend en charge le patient, évalue son état de santé général, son âge, ses habitudes et ses besoins et, sur la base de cette série d’investigations, opte pour une intervention bariatrique plutôt qu’une autre.

Quelles sont les complications ?

Les complications qui peuvent survenir sont les mêmes que celles de la chirurgie générale, comme l’apparition d’une infection. En ce qui concerne la gastrectomie à manche, une des complications peut être la déhiscence anastomotique, qui voit apparaître un petit trou dans l’estomac.

Combien de kilos seront perdus ?

imc

La perte de poids est subjective, elle dépend de l’état initial, du poids de départ et du respect du chemin par le patient.